Les Villages du VAR

Abbaye du Thoronet Aiguines Artignosc Artigues Aups Auriac   Bargème
Barjols Baudinard Bauduen Besse sur Issole Bras Brenon Brignoles Brue-Auriac
Cabasse Carcès Camps-la-Source Chateaudouble Châteauvert Châteauvieux Comps-sur-Artuby Correns
Cotignac   Entrecasteaux Esparon Esparon de Pallières   Fontaine l'évêque Forcalqueiret
Fox-Amphoux   Ginasservis   Jabron   La Bastide-Esclapon La Celle
La Martre La Roquebrussane La Roque-esclapon La Verdière Le Bourguet Le Revest les Eaux Les Salles Le Thoronet
Mazaugues Miraval Moissac-Bellevue Montfort Montmeyan   Néoules  
Plan d'Aups Sainte Beaume Pont de l'Artuby Ponteves   Régusse   Saint Julien le Montagnier Saint Martin de Pallières
Saint Maximin Salernes Seillans Seillons Source d'Argent Sillans la Cascade   Tavernes Tourtour
Tourves   Trigance   Varages Vérignon Villeneuve Vinon-sur-Verdon
Vins              
  Page d'accueil Carte du Var Bibliographie Index Plan du site    

LA ROQUEBRUSSANE

 

 

La Roquebrussane est typique des villages "rue" bien que ce type de village soit assez peu répandu en Provence. Il est situé sur un terroir à la fois riche en vignes, et ce depuis l'antiquité (voir la villa romaine Loou ci-dessous), et en forêts avec le massif de la Loube et les collines allant vers Mazaugues.

  Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

La roquebrussane - (09).jpg (67872 bytes) La roquebrussane - (11).jpg (92044 bytes) La roquebrussane - (12).jpg (100334 bytes)
La roquebrussane - (18).jpg (53473 bytes) Dans La rue du village, l'église et quelques vestiges rennaissance. La roquebrussane - (19).jpg (91696 bytes)
La roquebrussane - (13).jpg (93776 bytes) La roquebrussane - (15).jpg (77258 bytes) La roquebrussane - (17).jpg (114846 bytes)
Le campanile sur une petite place ombragée montant vers la colline/

    Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

La Roquebrussane a sans doute comme origine, comme beaucoup de villages de Provence, une villa romaine. Avec l'insécurité croissante, les invasions, les rapines, la population de la villa monta sur la colline et un château-fort y fut construit. Il n'eu pendant longtemps (jusqu'à la fin du douzième siècle) d'autre nom que celui de "la Roque", c'est-à-dire "le rocher". On joignit plus tard à cette Roque le nom d'un de ses propriétaires: Broussan. Le village devint par la suite le fief des moines bénédictins de la Celle, fondés en 1011 par l'évêque de Cavaillon Enguerrand. Cette appartenance, malgré les frasques des nonnes qui prirent la suite des moines, donna à la Roquebrussane une réputation de pudeur et de sainteté. A l'approche des temps modernes, le village se déplaça dans la plaine, et eu alors une vie communale développée. Les membres du conseil étaient élus toutes les années à la deuxième fête de noël. Un des syndics du conseil (il y en avait deux), s'occupait des pèlerinages à la Sainte-Baume, organisés pour obtenir la bénédiction des récoltes. Il intervenait pour l'exorcisme des "loris, vermés, parpaillouns, ratos et autres ratuns et vermés que gastoun et manjoun leix fruits de la terro".

Du fait de la réputation de pudeur et de sainteté du village, la révolution ne fit pas porter ses ravages sur la Roquebrussane. Pendant la terreur on y célébrait imperturbablement la messe.

La roquebrussane - (20).jpg (104413 bytes) La Loube surplombe le village et est comme un phare régional. La roquebrussane - (31).jpg (63676 bytes)

  Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

Dans son dictionnaire de la Provence, en 1835, Garcin écrit à propos du lac du Grand Lautien: "Il y a dans la plaine un lac, ou peut être un abîme sans fond. le premier novembre 1755, jour mémorable par le tremblement de terre de Lisbonne, les eaux de ce lac s'élevèrent à une hauteur considérable. Elles furent agitées et rougies ... Le peuple de la Roquebrussanne avait la superstition de croire que si, tous les ans, on ne bénissait pas le lac, il en sortirait, dans le cours de l'année, des flammes qui ravageraient la contrée.".

Sur la route qui va vers Garéoult, après le croisement de Néoules, deux trous d'eau qui ont fait le bonheur de la jeunesse dans le temps en été ... Aujourd'hui c'est sans doute un peu trop dangereux!

Sur la droite, le petit et le grand Looucien.

La roquebrussane - (21).jpg (134898 bytes) La roquebrussane - (24).jpg (110916 bytes)

    Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

Et enfin, dans la plaine, on peut visiter les ruines d'une villa romaine, témoignage antique de la culture vinicole.....

La roquebrussane - (03).jpg (97851 bytes) La roquebrussane - (04).jpg (97408 bytes) La roquebrussane - (05).jpg (94455 bytes)
La roquebrussane - (06).jpg (126878 bytes) Le site a été découvert en 1977 sur le domaine du Loou. Une fouille de sauvetage a été organisée de 1978 à 1983. Il s’agit alors de la première fouille complète d’une ferme gallo-romaine à vocation vinicole en Provence. Elle a permis la collecte d’une quantité importante de matériel archéologique et le dégagements de structures d’époques différentes sur une surface d’environ 5000 m². Ce vaste ensemble de bâtiments constituait le centre d’un vaste domaine agricole où l’on cultivait la vigne mais aussi l’olivier et les légumineuses. La capacité maximale atteinte a été de 1100 hectolitres de vin par an. Le premier établissement date de 46 avant notre ère, quand le domaine fut attribué à un militaire de la 6ème légion puis agrandi au fil des siècles jusqu’à son abandon pendant le dernier quart du deuxième siècle. Une occupation ponctuelle est notée jusqu’au VIème siècle.

  Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

 

Retour à la page principale:


 

Voyage vers d'autres sites:

Le Val, un village de tradition Un voyage en Chine Un divertissement mathématique Musique, entre art et physique Haiku,
élégance et poésie