Les Villages du VAR

Abbaye du Thoronet Aiguines Artignosc Artigues Aups Auriac   Bargème
Barjols Baudinard Bauduen Besse sur Issole Bras Brenon Brignoles Brue-Auriac
Cabasse Carcès Camps-la-Source Chateaudouble Châteauvert Châteauvieux Comps-sur-Artuby Correns
Cotignac   Entrecasteaux Esparon Esparon de Pallières   Fontaine l'évêque Forcalqueiret
Fox-Amphoux   Ginasservis   Jabron   La Bastide-Esclapon La Celle
La Martre La Roquebrussane La Roque-esclapon La Verdière Le Bourguet Le Revest les Eaux Les Salles Le Thoronet
Mazaugues Miraval Moissac-Bellevue Montfort Montmeyan   Néoules  
Plan d'Aups Sainte Beaume Pont de l'Artuby Ponteves   Régusse   Saint Julien le Montagnier Saint Martin de Pallières
Saint Maximin Salernes Seillans Seillons Source d'Argent Sillans la Cascade   Tavernes Tourtour
Tourves   Trigance   Varages Vérignon Villeneuve Vinon-sur-Verdon
Vins              
  Page d'accueil Carte du Var Bibliographie Index Plan du site    

 

CARCES

Un village en colimaçon aux empreintes du passé...

 

A l'emplacement d'un ancien camp romain dominant le confluent de l'Argens et du Caramy, Carcès se laisse découvrir dans un écrin de verdure. Ses maisons, à l'image du confluent, s'enroulent autour de ses ruelles étroites pour former un village typiquement provençal aux allures de colimaçon. 

 

Au loin les "Bessillons" semblent veiller sur le village et sur les vignes de sa vallée.

 

 

Un premier fort fut construit sur l'éperon central en l'an 1000 par les premiers seigneurs de Carcès, les Châteaurenards. Mais le village c'est surtout fait remarquer pendant les guerres de religion à partir de 1562. Le comte de Carcès, Jean de Ponteves, grand sénéchal et lieutenant du roi, était à la tête des catholiques, les "Carcistes" dont la conduite marqua la Provence. Le village ne dut son salut qu'à l'arrivée de Catherine de Medecis. Louis XIV y séjourna quand en 1660 il effectua un pèlerinage dans le village voisin de Cotignac à Notre Dames des Graces.

En 1792, le 4 août, sous le patronage de Barras de Fox-Amphoux, la Société patriotique "Les amis de la liberté et de la légalité" s'établie dans une salle de "Sous-ville", la partie du village sous le fort; à partir de cet acte, Carcès va devenir un haut lieu de la révolution Française. En 1793, cette société se transformera en "club révolutionnaire", et les commandements révolutionnaires de la montagne furent inscrits sur ses murs (immeuble Dalmasso, rue sous-ville, face au n°29):
"Au peuple seul tu jureras
D'obéir religieusement
A tout roi tu déclareras
Haine et guerre éternellement...
Jusqu'à la paix tu agira
Révolutionnairement...
Tous les suspects tu fermeras
Sans le moindre ménagement...
Tout émigré qui rentrera
Raccourcis-le moi promptement...
Les prêtres tu déporteras
Loin de ton sol incessamment...
Chaque jour au club te rendras
Pour t'instruire solidement..."

En 1891, Carcès fut la troisième commune de France éclairée à l'électricité.

Carcès produit de l'huile et du miel ainsi que du vin de qualité.

 

Galeries de photographies: Le village aujourd'hui - Le vieux village - Le lac de Carcès

Cliquez sur une vignette pour obtenir une image grand format.

Le village aujourd'hui:

 

Le nouveau village s'est développée à partir du XV° siècle hors les murs du village original. C'est maintenant une petite ville active de plus de 2000 habitants.

carces03.JPG (39254 bytes) carces04.JPG (46211 bytes) carces09.JPG (31393 bytes) carces05.JPG (39038 bytes)
La grande rue, les commercent s'y concentrent, c'est un lieu de promenade La porte de l'horloge Le campanile de la tour de l'horloge A la sortie de la grande rue, cette fresque rappelle le passage de Louis.

 

carces06.JPG (49691 bytes) carces07.JPG (60703 bytes) carces08.JPG (34753 bytes) carces10.JPG (51060 bytes)
Certaines de ses maisons sont couvertes, en façade, de faïences de Salernes.  Cette pratique, rare, sert à les protéger du mistral en hiver. Une petite rue tranquille derrière la tour de l'horloge, où la causette se fait de fenêtre à fenêtre Une clé de porte sculptée, symbole d'une profession ...

 

carces11.JPG (43707 bytes) carces12.JPG (59723 bytes) carces28.JPG (42233 bytes) carces29.JPG (29920 bytes)
Barras devait commencer à penser à son action révolutionnaire. Louis XIV n'était pas encore né. Une grande place a été dégagée devant la cave coopérative, c'est un lieu de promenade agréable. Vue sur le fort, les arbres ne sont pas encore suffisamment grands pour lutter contre la chaleur.

 

carces30.JPG (61246 bytes) carces32.JPG (20595 bytes) carces02.JPG (23715 bytes) carces01.JPG (18055 bytes)
Une maison à façade de faïence contre la colline du fort. Le clocher de l'église Sainte-Marguerite, édifiée en 1520, agrandie en 1844.. La porte principale de l'église de Carces. Un curieux ornement pour le vitrail surplombant l'entrée.

 

Le vieux village (le fort)

Le château constituant le vieux village est mentionné "le fort" dans les cadastres des 16° et 17° siècles. Les ruines visibles aujourd'hui correspondent à un château dont la construction remonte au milieu du 16° siècle. C'est dans ce château que fut accueilli Louis XIV et sa cour le 23 février 1660. Malgré l'humeur révolutionnaire de Carcès, et le fait qu'il "offusquait la vue du peuple",  il ne fut détruit qu'après la deuxième guerre mondiale. Il subsiste aujourd'hui le squelette de deux corps de bâtiments à trois étages, qui s'articulaient en équerre autour d'une cage d'escalier octogonale. Lors de la vente des meubles du château en 1740, 450 mètres de tapisseries, qui en ornaient les murs, ont été cédées.

 

 

carces13.JPG (35677 bytes) carces14.JPG (41841 bytes) carces18.JPG (39431 bytes) carces19.JPG (42097 bytes)
Une des belles rues rénovées qui permettent de gagner le vieux village. Une des portes d'entrée, noter la perfection du parement. Au dessus d'une mer de tuiles, le fier cyprès se dresse vers le cimetière. Place au sommet de la colline du fort.

 

carces27.JPG (36289 bytes) carces15.JPG (39230 bytes) carces16.JPG (55280 bytes) carces17.JPG (57900 bytes)
Le vieux village vue du nouveau village. Sans doute un des premiers bâtiments, salle de château fort ou chapelle. A l'extérieur des fenêtres géminées ornent la façade. Au milieu de la façade une porte d'entrée...

 

carces25.JPG (32451 bytes) carces24.JPG (34880 bytes) carces22.JPG (47059 bytes) carces23.JPG (40493 bytes)
La tour du Campanier. Montée raide à la tour du campanier. De la tour, vue sur le "nouveau village". Un étrange pigeonnier, qui devait avoir une vocation plutôt guerrière à l'origine.

 

carces21.JPG (53059 bytes) carces20.JPG (56184 bytes) carces26.JPG (36248 bytes)
Autre vue de "notre pigeonnier", ... ... et gros plan sur une ouverture à arquebuse. Une touche végétale dans cet univers de pierres chauffées par le soleil d'août. Vue de la route qui vient de Le Val, les maisons se serrent sous les ruines du château.

 

 

Le lac de Carces:

Carces est célèbre chez les pêcheurs grâce à son lac où chacun rêve de pécher le sandre de sa vie.
Ce plan d'eau a été crée en 1936 et couvre près de 100 hectares. Il est destiné à alimenter en eau potable la ville de Toulon par les 8 millions de m3 qu'il peut contenir.

Carces-lac01.jpg (112787 bytes) Carces-lac02.jpg (96916 bytes)
Vue du barrage lui même, fait de terre. Quand le niveau d'eau baisse, les restes de la végétation d'origine apparaissent comme un témoignage poignant d'une vie arrétée. Au bord de la route les pêcheurs ont tous leur place attitrée, là où les poissons viennent. On dit qu'il a l'allure d'un fjord scandinave, à vous de juger!

 

 

Une bien charmante Chapelle juste avant Carces quand on vient du lac:

 

 

Retour à la page principale:


 

Voyage vers d'autres sites:

Le Val, un village de tradition Un voyage en Chine Un divertissement mathématique Musique, entre art et physique Haiku,
élégance et poésie