Les Villages du VAR

Abbaye du Thoronet Aiguines Artignosc Artigues Aups Auriac   Bargème
Barjols Baudinard Bauduen Besse sur Issole Bras Brenon Brignoles Brue-Auriac
Cabasse Carcès Camps-la-Source Chateaudouble Châteauvert Châteauvieux Comps-sur-Artuby Correns
Cotignac   Entrecasteaux Esparon Esparon de Pallières   Fontaine l'évêque Forcalqueiret
Fox-Amphoux   Ginasservis   Jabron   La Bastide-Esclapon La Celle
La Martre La Roquebrussane La Roque-esclapon La Verdière Le Bourguet Le Revest les Eaux Les Salles Le Thoronet
Mazaugues Miraval Moissac-Bellevue Montfort Montmeyan   Néoules  
Plan d'Aups Sainte Beaume Pont de l'Artuby Ponteves   Régusse   Saint Julien le Montagnier Saint Martin de Pallières
Saint Maximin Salernes Seillans Seillons Source d'Argent Sillans la Cascade   Tavernes Tourtour
Tourves   Trigance   Varages Vérignon Villeneuve Vinon-sur-Verdon
Vins              
  Page d'accueil Carte du Var Bibliographie Index Plan du site    

Brue-auriac

 

 

Un peu d'histoire, le village, la chapelle Notre-Dame, le pigeonnier, le vieux village.

C'est la réunion de deux villages, Brue et Auriac.

Brue est cité pour la première fois en 1033 "Castellum de Brusa".  Les terres de Brue sont données à l'abbaye Saint-Victor de Marseille en 1075.

Auriac est cité dès 1032; ses terres aussi sont cédées à Saint-Victor; mais les templiers de Bras possèdent des terres au "Rué d'Auriac": un affart.

Les seigneurs de Brue et d'Auriac se disputeront les terres cédées à l'abbaye ou au Templiers pendant des siècles.

En 1471, les deux villages sont inhabités; en 1540 on compte deux bastides à Auriac et 25 sur le territoire de Brue. En 1735, Georges Roux, armateur marseillais, achètent le terroir de Brue et fonde le village actuel. Il y fait construire, sur ses plans, une cité agricole et artisanale, prévoyant des égouts. Des industries s'y installent, soie, faïence, drap, et le village comptera 3000 habitants à la fin du XVIII° siècle. Ruiné, l'armateur se retirera dans son château au bout du cours en 1763 (guerre de sept ans). Barras, croyant Georges Roux, élevé au titre de Marquis, émigré (alors qu'il était décédé), fit raser son château...

C'est le 14 avril 1840 que les deux villages furent réunis pour ne former qu'une commune.

Brue-Auriac est situé dans une riche plaine viticole qui produit des vins de côtes de Provence. Quand on arrive de Bras, c'est la plaine que l'on voit en premier.

 

Au fond le massif de la Sainte-Baume au pied duquel Saint-Maximin se niche.

Le Village "nouveau":

brueauriac19.JPG (34236 bytes) brueauriac23.JPG (33336 bytes)
Le village a été reconstruit autour d'un beau cours ayant à une extrémité le "domaine" et à l'autre la nouvelle église. Vue de la nouvelle église à l'extrémité du cours.
brueauriac20.JPG (42644 bytes) brueauriac21.JPG (28706 bytes)
L'ancienne église était située sur le cours - elle c'est avérée trop petite assez rapidemment. Une rue derrière l'ancienne église; les constructions étaient fonctionnelles, les maisons alignées au cordeau.

Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

brueauriac22.JPG (25071 bytes)
Une maison présentant un hémicycle en face de l'ancienne église

Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

brueauriac06.JPG (134028 bytes) brueauriac05.JPG (151759 bytes)
L'église Notre-Dame a été ouverte au culte le 1° août 1858 - La chapelle du cours était devenue trop petite. Porte principale de l'église Notre-Dame.
brue auriac - p - 01.jpg (106091 bytes) brue auriac - p - 05.jpg (120833 bytes)
brue auriac - p - 03.jpg (122388 bytes) brue auriac - p - 04.jpg (71912 bytes)
Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

brue auriac - p - 06.jpg (140076 bytes)

brueauriac07.JPG (170328 bytes) brueauriac08.JPG (174480 bytes)
Au bout du cours, ce qui reste du château de Georges Roux, une belle maison provençale. Une des fontaines du château qui maintenant orne le cours.

Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

Sur la route qui mène à Barjols, à main gauche, se dresse un des plus beaux pigeonnier de Provence. Il a été construit en 1750 pour la femme de Georges Roux qui élevait des pigeons voyageurs. Il pouvait contenir plus de 1500 pigeons. Sa toiture est décorée de pilastres.

Signe de puissance seigneuriale et de richesse, le pigeonnier avait aussi un rôle utilitaire et agronomique. C'est une grosse tour cylindrique en maçonnerie enduite, de 22,50 mètres de haut et plus de douze mètres de diamètre. L'édifice comporte un rez-de-chaussée et deux étages. 8100 nids recouvraient la totalité de l'élévation intérieure, formant un réseau de cases cubiques fermées par une cloison. L'accès aux étages se fait par une échelle intérieure pivotante fixée sur des potences reliées à un mât central. C'est aussi le plus grand des pigeonniers recensés en France au 18e siècle.

 

brueauriac02.JPG (185218 bytes) brueauriac03.JPG (141369 bytes) brueauriac04.JPG (153733 bytes)
Le pigeonnier au loin vu de la route de Bras. Décoration de terres cuites typique de Provence, mais le toit est remarquable. Toit en retrait soutenu et décoré de pilastres.

Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

Toujours à main gauche, mais cette fois en allant vers Saint-Maximin, on peut rejoindre la chapelle Notre-Dame de Brue qui est inscrite à l'inventaire des monuments historiques. Cette chapelle, initialement dédiées à Saint-Etienne jouxte un prieuré et date du XI° siècle. En 1075, Wilelmus Rainulfus le donne à Saint-Victor de Marseille.

 

brueauriac16.JPG (28733 bytes) brueauriac17.JPG (33811 bytes)
   
brueauriac11.JPG (141653 bytes) brueauriac15.JPG (25212 bytes)
La porte principale, en plein cintre et aux larges claveaux, est décoré d'un Christ sculpté. Le christ de la porte principale, il bénit de la main droite et tient le livre de la gauche.

Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

 

brueauriac09.JPG (141059 bytes) brueauriac14.JPG (158818 bytes) brueauriac10.JPG (179955 bytes)
La chapelle est enfouie au milieu des chênes. Le prieuré se trouve sur la droite.  Un clocher arcade à deux baies domine l'ensemble. La façade dissymétrique étonne l'oeil. Curieux oculus de pierre décorés de rayons.
brueauriac18.JPG (31840 bytes) brueauriac12.JPG (157162 bytes) brueauriac13.JPG (169118 bytes)
Une des pièces du prieuré c'est effondrée, le dernier mur sert pour la chapelle. Le dos de la chapelle orne le cimetière communal. C'est dans la chapelle que Georges Roux est enterré.

Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

Le vieux Brue était situé sur un mamelon dominant le vallon de Font-Taillade et la départementale 560 en direction de Barjols. Les ruines de la chapelle castrale et de l'église paroissiale portent témoignage de cette première implantation citée en 1075 dans le cartulaire de saint-Victor de Marseille.

 

brueauriac24.JPG (25019 bytes) brueauriac31.JPG (34385 bytes)
Les ruines vue de la route qui mène à Barjols, l'église est à gauche. Détail du pan de mur de droite de la photographie précédente montrant la solidité de la muraille.
brueauriac25.JPG (23629 bytes) brueauriac26.JPG (35059 bytes)
Un des passages voûtés restants "debout" La végétation a gagné l'ancien village, mais les constructions vieilles de plus de 1000 ans témoignent d'une vie difficile.

Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

brueauriac27.JPG (45833 bytes) brueauriac28.JPG (45954 bytes)
Dans le bâtiment principal, un reste de voûte. Vue de l'église depuis le grand bâtiment.
brueauriac29.JPG (42721 bytes) brueauriac30.JPG (40295 bytes)
Le fond de l'église conserve un chœur voûté présentant encore des niches pour le saint-sacrement. Voûtes de la nef et emplacement des poutres du toit témoignent d'une construction soignée.
Cliquez sur une image pour en obtenir un agrandissement.

 

 
Retour à la page principale:


 

Voyage vers d'autres sites:

Le Val, un village de tradition Un voyage en Chine Un divertissement mathématique Musique, entre art et physique Haiku,
élégance et poésie