Les Villages du VAR

Abbaye du Thoronet Aiguines Artignosc Artigues Aups Auriac   Bargème
Barjols Baudinard Bauduen Besse sur Issole Bras Brenon Brignoles Brue-Auriac
Cabasse Carcès Camps-la-Source Chateaudouble Châteauvert Châteauvieux Comps-sur-Artuby Correns
Cotignac   Entrecasteaux Esparon Esparon de Pallières   Fontaine l'évêque Forcalqueiret
Fox-Amphoux   Ginasservis   Jabron   La Bastide-Esclapon La Celle
La Martre La Roquebrussane La Roque-esclapon La Verdière Le Bourguet Le Revest les Eaux Les Salles Le Thoronet
Mazaugues Miraval Moissac-Bellevue Montfort Montmeyan   Néoules  
Plan d'Aups Sainte Beaume Pont de l'Artuby Ponteves   Régusse   Saint Julien le Montagnier Saint Martin de Pallières
Saint Maximin Salernes Seillans Seillons Source d'Argent Sillans la Cascade   Tavernes Tourtour
Tourves   Trigance   Varages Vérignon Villeneuve Vinon-sur-Verdon
Vins              
  Page d'accueil Carte du Var Bibliographie Index Plan du site    

Brignoles

 

Ou "Croquignoles", surnom donné par Rabelais dans le troisième livre de Pantagruel.

Le site de la ville de Brignoles est occupé depuis au moins le néolithique comme peut l'attester le dolmen des Adrets, situé sur les crêtes entre Le Val et Brignoles. La plaine n"était alors qu'un vaste marécage en bordure de la rivière qui s'appelle aujourd'hui le Caramy. Ce sont les romains qui assainirent les terres et qui construisirent de nombreuses villas en bordure de la voie Aurelienne sur laquelle était situé Brignoles. Des vestiges de cette époque sont conservés au musée de Brignoles.

Dès le 12° siècle, Brignoles fait partie des terres du compte de Provence qui y possède de nombreuses terres et une demeure. C'est là que viennent accoucher les comtesses, et d'ou vient le surnom donné à Brignoles: "nourrice et demeure de enfants de la couronne".

Vers le milieu du 13° siècle, c'est Charles II et son épouse Marie de Hongrie qui établissent leur résidence dans l'ancien château fort qui datait du 11° siècle. C'est dans ce château que naîtra en 1274 leur fils aîné en 1274, connu sous le nom de Saint Louis de Brignoles et qui mourra en 1297 en présence du futur pape Jean XXII.

C'est en 1321 que la démocratie dans les affaires communales apparaît, le roi Robert accordant aux habitants le droit de choisir chaque années douze conseillers pour s'occuper des affaires de la cité. En 1502, la première assemblée du parlement de Provence se tient dans le palais des comtes à Brignoles, les aixois ayant refusé de la recevoir. Ils y reviendront en 1506 quand la peste sévira à Aix.

En 1533, la ville fait parvenir à François I, de passage à Marseille, vingt boites de ses fameuses prunes, pesant soixante dix livres. Un peu plus tard, Charles Quint, passant dans le Var avec cinquante mille hommes, livre Brignoles au pillage et la renomme "Nicopolis" (la ville de la victoire). Pour plus en savoir sur cette prune, vous pouvez consulter la page suivante (obtenue du site officiel de la ville de Brignoles: Prune de Brignoles.

Lors des guerres de religions qui ont ensanglanté la Provence au XVI° siècle, Brignoles, comme toutes les communes environnantes a subi les attaques, contre-attaques des différents chefs de guerre d'alors et la passation de main en main suivant le résultat des batailles. Brignoles aura néanmoins été fidèle au roi durant toute la période.

En 1579, Hubert de Vins, ayant refusé de payer les impôts que la ville lui réclamait, et ceci  malgré une décision de justice, les habitants détruisirent sa maison et coupèrent dix-huit milles pruniers dans ses vergers - c'est la fin des prunes de Brignoles. En 1589, une heure avant le jour, le même Hubert investit Brignoles par surprise et la livre au pillage, avant de lui vendre, pour la somme énorme de cinquante mille écus, tous les biens qu'il possède sur son terroir; cet épisode sera gravé dans les mémoires sous le nom "d'étrennes de Brignoles". Henri III ordonnera ensuite aux de Vins de payer leur impôt.

En 1660, Anne d'Autriche, le cardinal Mazarin et louis XIV s'arrêtent à brignoles lors du pèlerinage qu'ils font à Cotignac.

Auteur dramatique et philologue français, né à Brignoles (Var) le 8 septembre 1761, Raynouard fut aussi un acteur important de la vie politique suite à la révolution Française. Voir pour plus de détails la page sur lui: Raynouard.

 

Le 2 décembre 1851, Brignoles s'oppose au coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte, et participe à la révolte des communes du Var, réprimée le 8 décembre à Aups.

Brignoles a été un centre important de production de la bauxite, et a du se reprendre en mains pour faire face à la fermeture de toutes les exploitations à la fin des années 70 et dans les années 80.

 

Pour le moment, le "reportage photographique" qui suit ne présente qu'une partie très réduite de Brignoles (tout ce qui est près est toujours le plus mal connu...).

La place Caramy le 26 décembre 2005.

Promenade dans la vieille ville:

brignoles_01.jpg (122575 bytes)

La Place Saint Pierre sur laquelle on peut admirer la belle façade de l'hôtel du duc d'Epernon.

 brignoles_11.jpg (75039 bytes)

Une niche à usage dual, pour la sainte Vierge, et pour les pigeons ....

C'est sur la place Saint Pierre que figure une statue du saint Brignoles, Saint Louis d'Anjou.

 

brignoles_03.jpg (110791 bytes)

Lavoir près de l'église Saint-Sauveur.

brignoles_08.jpg (86922 bytes)

Juste sur un coté de l'église, 

 

L'église Notre-Dame, citée en 1012, fut reconstruite en 1055 grâce aux dons de Pons Coixard, de sa femme Hermengarde et de ses fils Pons et Carbonnel. Elle fut consacrée en 1056 par Guillaume, évêque de Toulon. Devenue trop petite en, une nouvelle église dédiée à Saint Sauveur fut construite à ses cotés au XIII° siècle. Ces deux églises furent réunies, ne formant plus qu'une seule entité, au XV° siècle.

Le clocher a été construit entre 1456 et 1478 sur l'emplacement du campanile. Il est surmonté d'une flèche édifiée par Gabriel de Salle, tailleur de pierres brignolais.

brignoles_04.jpg (71939 bytes)
brignoles_05.jpg (93042 bytes)

brignoles_06.jpg (61941 bytes)

 

Les arc-boutant entre l'église et le presbytère.

brignoles_10.jpg (99333 bytes) brignoles_09.jpg (85135 bytes)
Rue du grand escalier, appelée aussi "Escaliers Blancs", séparant l'église du presbytère.

 

 

 
Retour à la page principale:


 

Voyage vers d'autres sites:

Le Val, un village de tradition Un voyage en Chine Un divertissement mathématique Musique, entre art et physique Haiku,
élégance et poésie