Les Villages du VAR

Abbaye du Thoronet Aiguines Artignosc Artigues Aups Auriac   Bargème
Barjols Baudinard Bauduen Besse sur Issole Bras Brenon Brignoles Brue-Auriac
Cabasse Carcès Camps-la-Source Chateaudouble Châteauvert Châteauvieux Comps-sur-Artuby Correns
Cotignac   Entrecasteaux Esparon Esparon de Pallières   Fontaine l'évêque Forcalqueiret
Fox-Amphoux   Ginasservis   Jabron   La Bastide-Esclapon La Celle
La Martre La Roquebrussane La Roque-esclapon La Verdière Le Bourguet Le Revest les Eaux Les Salles Le Thoronet
Mazaugues Miraval Moissac-Bellevue Montfort Montmeyan   Néoules  
Plan d'Aups Sainte Beaume Pont de l'Artuby Ponteves   Régusse   Saint Julien le Montagnier Saint Martin de Pallières
Saint Maximin Salernes Seillans Seillons Source d'Argent Sillans la Cascade   Tavernes Tourtour
Tourves   Trigance   Varages Vérignon Villeneuve Vinon-sur-Verdon
Vins              
  Page d'accueil Carte du Var Bibliographie Index Plan du site    

BARGEME

 

Perché à plus de mille mètres d'altitude, au sommet d'un piton rocheux, le plus haut village du Var entre Provence et Alpes, est dominé par son château médiéval.

 

Le passé historique de BARGEME est étroitement lié à la dynastie des PONTEVES.

Lorsque Douceline, fille unique de Foulques (1220), épousa Isnard II d’Agoult, elle lui apporta la Seigneurie de Bargème
, qui passa ensuite entre les mains de leur fils aîné Foulques d’Agoult de Pontevès (1240-1260). Puis le fief appartint successivement à Barral 1er (1260-1270), à Foulques II (1270-1294), et enfin à Foulques III, dit le Grand Chambellan du Roi, Comte de Provence (1294-1335), Jean (1335-1348), Foulquet (1348-1356), son oncle Foulque IV (1356-1370). Ce dernier, grand sénéchal de Provence et juge-mage, fit hommage de ses terres à la reine Jeanne  le 19 novembre 1356.

Des trois enfants qu'il eut de Bérangère de Fos, dame de la Garde-Freinet, Foulques V continua la branche aînée des Ponteves et Jean II, le cadet, fut à l'origine de celle de Ponteves-Bargème.

Les bandes de Raymond de Turenne sillonnant le pays, les habitants se fortifièrent derrière d'épaisses murailles en pierres de taille, dont il subsiste deux portes fortifiées.

La seigneurie de Bargème, parvint au XVIème siècle à Jean-Basptiste de Pontevès, Seigneur de Callas, âgé de 90 ans, lorsqu'éclatèrent les guerres de religion.

Au moment où les guerres de religion (XVIe siècle), ensanglantaient la Provence, J.B de Pontevès atteignait ses 90 ans. Il était marié à Françoise d’Agoult, et Dieu avait béni sa maison en lui accordant une nombreuse et florissante postérité. Cet homme chargé d’ans et comblé de richesse, semblait cependant n’avoir vécu que pour satisfaire les instincts les plus bas et les plus grossiers de l’âme. D’un orgueil insensé, avare et cupide, dur au pauvre, cruel au faible, il n’avait semé dans sa longue existence que l’injustice et le désespoir, et n’avait recueilli autour de sa vieillesse déshonorée que des colères immenses et des haines formidables.

Perché sur un éperon rocheux, BARGEME semble un asile sûr : deux de ses fils s’y réfugient, mais avec la complicité des villageois, des hommes de mains s’introduisirent dans le Château par surprise et ouvrirent les portes à leurs amis, qui s’emparèrent de Jean-Baptiste de Pontevès. Ils l’enfermèrent dans une tour, et lui volèrent 12 000 écus. Il fut retenu prisonnier 45 jours puis un matin, le 24 mai 1579, on le fit sortir et on l’abattit dans la rue.

En 1581, leur frère Balthazar reprend possession du Château. Mais, hautain et violent, il s’aliène les Bargémois qui au cours d’une altercation, l’égorgent dans la salle commune du village. Après les meurtres de son grand-père, de son père, de ses oncles, en 1595, Antoine de Pontevès revient au Château. A l’âge de 25 ans il est permis de croire à la ténacité de la haine. Or, celle que portent les habitants de Bargème aux Pontevès n’a cessé de couver sous la cendre.

Il en est victime à son tour et Antoine de Pontevès meurt poignardé au pied du maître-autel de l’église pendant la célébration de la messe dominicale.

Justice sera rendue après ce dernier crime, par le Parlement d’Aix. Un arrêt du Parlement condamne les habitants de Bargème à ériger sous le vocable de Notre Dame d’Espaïme (peur et douleur) une chapelle. Celle-ci fut construite au bout de l’esplanade du Château, porte Ouest et terminée en 1608.

La terre passa alors à Foulques, qui prit successivement les titres de Vicomte et de Marquis de Bargème. S’alliant aux Castellane, aux Raimondi, il continua la descendance. En 1818, Victorine de Pontevès-Bargème épousa Elzéar Louis Zozime, Comte, puis Duc de Sabran.

bargeme 011.jpg (98359 bytes) bargeme 014.jpg (152922 bytes) bargeme 015.jpg (70361 bytes)
L'église Saint-Nicolas est située au sommet du village. Elle possède une abside en cul-de-four en bel appareil moyen, et un porche en arc brisé aux claveaux extradossés.

A l'intérieur, on peut voir un beau retable du XVII° siècle, et une cuve baptismale du premier siècle après JC.

Cliquez sur une photographie pour en obtenir un agrandissement

Les Sabran descendaient de Raymond qui en 1160 s’était uni à Gersende de Forcalquier. Plus tard, leur descendante directe, également prénommée Gersende, devint la femme d’Alphonse II, Comte de Provence et donna à ce pays son plus grand Prince, Raymond Béranger V. Devenue veuve, elle se retira au Monastère de La Celle, près de Brignoles. Leur union étant restée stérile, Victorine de Pontevès et Elzéar de Sabran décidèrent d’adopter leurs cousins, Marc Edouard et Léonie de Pontevès. Seule celle-ci eut des enfants. La terre et les titres revinrent alors à son fils, Foulques.

Les héritiers en furent le Duc Sabran De Pontevès et Madame la Duchesse Roselyne Manca De Vallombrosa Sabran De Pontevès. A leur décès, les héritiers leur fille Gersende, Duchesse d’Orléans, leurs fils Elzéar, Jean et Géraud conservèrent ce château jusqu’en 2008, où ils décidèrent de faire cesser l’indivision. Le château mis en vente fut racheté à la barre du Tribunal de grande Instance de Paris par la Commune de Bargème.

bargeme 030.jpg (61326 bytes)

Depuis le 17 Janvier 2008, ce château est patrimoine communal, grâce au concours du Conseil Général du Var, présidé par Mr Horace Lanfranchi, et de la Commune sous la municipalité Pierre Jassaud. L’acquisition du Château, est un acte civique, donnant toute sa valeur, historique et culturelle au site classé de BARGEME.

Sans doute du fait de cette histoire tourmentée, E. Garcin nous dit en [1-2] que "Le caractère des habitants de Bargème a eu longtemps une triste réputation. Leur indolence, jointe à la stérilité du sol, les rendent pauvres, ils étaient poussés au crime et à la mauvaise foi par la misère et la faim. La division des terres communes aux habitants de ce pays a donné de l'isance à presque toutes les familles; aussi le peuple se conduit-il mieux qu'avant la révolution".

bargeme 005.jpg (94723 bytes) bargeme 045.jpg (104500 bytes) bargeme 044.jpg (111624 bytes)
On pénètre dans la cité par la porte de Garde qui s'ouvre dans les remparts, ....  

Cliquez sur une photographie pour en obtenir un agrandissement

bargeme 008.jpg (114446 bytes) bargeme 009.jpg (238780 bytes) bargeme 046.jpg (196449 bytes)
.... puis on découvre les petites rues anciennes, les voûtes, les venelles bordées de maisons souvent fleuries.

Cliquez sur une photographie pour en obtenir un agrandissement

 

Le Château des Ponteves.

Mentionné dès 1225, il fut détruit pendant les guerres de religion, mais la silhouette du château médiéval subsiste. C'est un vaste quadrilatère, flanqué de tours rondes et d'un imposant donjon carré.

bargeme 022.jpg (104648 bytes) bargeme 023.jpg (94175 bytes)
bargeme 016.jpg (192994 bytes)  

bargeme 017.jpg (107720 bytes)

Les étages étaient répartis sur quatre niveaux, le plus bas étant réservé aux hommes d'armes et aux réserves alimentaires.

bargeme 026.jpg (183128 bytes)

Cliquez sur une photographie pour en obtenir un agrandissement

bargeme 032.jpg (72657 bytes) bargeme 033.jpg (117538 bytes) bargeme 020.jpg (81406 bytes)
Bien que le village soit sur une colline, une grande falaise le surplombe, sur laquelle le château tente d'imposer sa force.

Cliquez sur une photographie pour en obtenir un agrandissement

bargeme 037.jpg (95243 bytes) En 1578, en plein cœur des guerres de religion, le seigneur, Jean-Baptiste de Ponteves, était en procès avec les habitants de Callas. Menacé d'un jugement en sa défaveur, il fit appel à son neveu Hubert, le terrible comte de Vins qui mis Callas à sac, plusieurs de sas habitants furent égorgés ou rançonnés. Ils menacèrent ensuite les habitants d'extermination si ils ne se désistait pas, une transaction fut signée.

Mais, en avril 1579, un habitant du village, Jacques Sassy pénétra dans le château avec ses hommes, et Pierre de Ponteves (le fis de Jean-Baptiste) fut tué, le château démoli. Quelques mois plus tard ce fut le sort Joseph et jean-Naptiste, puis Balthazar et enfin Antoine (dans l'église Saint-Nicolas) en 1595.

Le parlement de Provence condamna les meurtriers à élever en 1607, en signe d'expiation, la chapelle Notre-Dame des Sept Douleurs, à l'Ouest du château.

Une vue de la grande plaine qui va vers Comps depuis le haut du village. bargeme 038.jpg (107958 bytes)

 

bargeme 027.jpg (156241 bytes)

Cliquez sur une photographie pour en obtenir un agrandissement

 

 
Retour à la page principale:


 

Voyage vers d'autres sites:

Le Val, un village de tradition Un voyage en Chine Un divertissement mathématique Musique, entre art et physique Haiku,
élégance et poésie